Conformiste ou spontané ou un amalgame des deux

Le fondateur d’une entreprise est dans un monde différent. Il peut aller jusqu’à créer son propre environnement, repoussant toutes les balises pour créer un tout nouvel univers. Il suffit de penser à Guy Laliberté qui a réinventé le Cirque! Selon la personnalité de l’entrepreneur, avec le temps, plusieurs réalités peuvent se façonner, particulièrement dû à l’écoute sélective souvent un élément crucial a son succès.

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Cette nouvelle série le « Cheminement du chef » a pour but d’aider le PDG d’une PME à mieux travailler avec ses forces pour aller plus loin avec moins de « misère ».

À titre d’entrepreneure en affaires depuis 1996, j’ai été amenée à côtoyer des entrepreneurs ainsi que des cadres supérieurs de tous azimuts.  Il n’y a aucun doute que l’entrepreneur, surtout l’entrepreneur-fondateur d’une PME, possède un profil unique.  De plus, le cheminement personnel du PDG-fondateur est essentiel pour faire grandir son entreprise qui est dans les faits un reflet de sa propre progression.

Le fondateur d’une entreprise est dans un monde différent.  Il peut aller jusqu’à créer son propre environnement, repoussant toutes les balises pour créer un tout nouvel univers. Il suffit de penser à Guy Laliberté qui a réinventé le Cirque!

Selon la personnalité de l’entrepreneur, avec le temps, plusieurs réalités peuvent se façonner, particulièrement dû à l’écoute sélective souvent un élément crucial a son succès.  À titre d’exemple, voici deux extrêmes assez communs :

  • Une personne de nature plus conformiste pourrait continuer à faire ce qu’elle a toujours fait et devenir ce qu’on appelle communément un entrepreneur-opérateur
  • Une personne plus spontanée risque de s’éparpiller ou de ne pas porter attention aux conseils de son entourage et pourrait investir dans des projets risqués

Les extrêmes sont souvent des « one-man show » de plus ou moins grande envergure.  

À quoi ressemble l’entrepreneur-opérateur? Il est occupé. Il doit tout faire. Il n’a pas le temps de penser à faire différemment. Il est tombé sur une bonne recette qu’il reproduit. Souvent, il est arrivé à « X » millions sans force de vente structurée.  

Selon la taille de son entreprise, il y aura une personne responsable de la comptabilité. Cette dernière cependant, est rarement diplômée en finance, ainsi, les prévisions budgétaires segmentées, et les coûts de revient ne font pas partis de son vocabulaire. Cet entrepreneur se créait de nombreuses contraintes sans en être conscient. Il peut devenir obsessif se concentrant exclusivement à l’amélioration de ce qui existe déjà. Avec de la longévité, il bâtira souvent une entreprise saine et d’envergure. Pourrait-il réussir plus rapidement?

À quoi ressemble l’entrepreneur spontané ou opportuniste ? En bon « one-man-show », il ressemble beaucoup à l’autre extrême pour des raisons différentes. Contrairement au conformiste, le spontané peut craquer pour de nouvelles opportunités à tout moment.

Cet entrepreneur est difficile à suivre et a tendance à ébranler la structure qui pourrait le soutenir.  Il fonctionne rarement avec des plans d’affaires, ou de budgets pour ses nouveaux projets.  Il ne se dote pas de dates butoirs et de plans de contingences. Ainsi ses projets peuvent nuire à son entreprise existante. En revanche, quelques chanceux pourraient être de vrais innovateurs et connaître un grand succès.  Serait-ce possible de multiplier ses chances de réussite et de ne pas faire partie de ceux qui ont perdu au jeu de dés?   

Un entrepreneur, étant donné sa nature, ne peut être ni tout à fait conformiste ou tout à fait opportuniste. C’est un bâtisseur qui doit posséder un peu des deux.  Ce qui est important de retenir est le manque de structure que cela engendre.  Vivre cette réalité, fait de l’entrepreneur une personne forte et résiliente, un véritable magicien! En vérité, il peut être entouré cependant, il demeure seul maître à bord sans personne qui le protège de lui-même. 

Heureusement, il y a des regroupements d’entrepreneurs qui amènent ces personnes de caractère à se reconnaître, à mieux se comprendre et à s’accueillir. C’est le début d’un cheminement qui aura un impact important sur son entreprise.  Le Comité consultatif stratégique est basé sur ce même concept, le partage d’humain à humain.  Il n’y a pas de formules magiques pour cheminer. Cela passe par l’humain.

Dans notre prochain bulletin, nous continuerons à explorer comment nous pouvons nous dépasser.

Encore plus à explorer