Détermination, optimisme, opportunisme

Parmi nos clients, chefs d’entreprise, je perçois déjà une tendance.  Tous m’assurent qu’ils vont en sortir plus ouverts à des solutions qui les sortent de leurs zones de confort, leurs systèmes de sécurité et de contrôle plus robustes et leurs entreprises plus fortes

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

La crise du Covid-19 va mettre en valeur de grandes forces des chefs d’entreprise.

Les PME vont continuer à fonctionner. Les chefs d’entreprise vont redoubler d’ingéniosité pour faire continuer les opérations et livrer la marchandise.   Les plus forts vont briller.

Parmi nos clients, chefs d’entreprise, je perçois déjà une tendance.  Tous m’assurent qu’ils vont en sortir plus ouverts à des solutions qui les sortent de leurs zones de confort, leurs systèmes de sécurité et de contrôle plus robustes et leurs entreprises plus fortes.

Encore tout récemment plusieurs de nos clients dans des milieux de production traditionnels résistaient à mettre en place le télétravail. Les méthodes de travail plus progressives ne faisaient pas partie de leur conception de la réalité.  La situation de crise représente pour eux l’opportunité d’examiner de plus près leur façon de faire.  Tous ont assoupli leurs exigences et ouvert leurs horizons. 

Chez beaucoup de ces PME, les employés de bureau qui le désirent pourront pendant cette période faire du télétravail. Tous les employés ne désirent pas travailler à domicile, pour ceux-ci un de nos clients a ouvert un bureau de proximité.   Moins d’employés se retrouvent dans un même local.  Les équipes sont plus restreintes, l’effet d’entrainement créatif demeure et l’hygiène des lieux est plus facile à maintenir. 

Les employés d’usines offrent un tout autre défi. Bien entendu, les entrepreneurs qui ont investi dans les technologies souffrent moins de la situation.  Tout comme les employés de bureau, ceux-ci bénéficient maintenant d’horaires plus flexibles.  Pour accommoder la garde des enfants, il y a aussi la rotation de quarts de travail.  Cette ouverture permet aussi de réduire le nombre de personnes qui se retrouvent dans la cafétéria en même temps.  La priorité est de protéger les employés d’usine qui eux n’ont pas le choix d’être présents. 

Les réunions d’équipe, essentielles sont tenues par Skype, WebX ou autre.  Cela engendre moins de réunions spontanées qui gaspillent le temps de tous.   

La bonne nouvelle est que ces chefs d’entreprise pensent que ces mesures vont possiblement devenir la norme dans leurs entreprises. Du jour au lendemain, ces mêmes employeurs qui avaient des difficultés à recruter se retrouvent employeurs de choix. Ils offrent une grande flexibilité à leurs employés et protègent ceux qui doivent être présents.    

En termes généraux, l’opportunisme sera certainement au rendez-vous.  Déjà St-Hubert ferme ses restaurants pour se concentrer sur la livraison et le service de commande à l’auto.   Le modèle commande à l’auto avec paiement en ligne permet même d’éliminer le contact direct avec la personne qui livre la nourriture.  Puisque beaucoup des fonctions sont déjà informatisées, voilà une idée qui permettra d’augmenter la rentabilité de l’entreprise à moyen ou long terme. 

Dans ce même ordre d’idées, nos entrepreneurs qui œuvrent dans le milieu du détail offrent le service à « la valise d’auto ». Leurs clients passent leur commande par téléphone ou internet et règlent au préalable, puis passent à la porte, ouvrent leur coffre et le tour est jouer. Aucun contact humain et une efficacité supérieure à la fameuse queue dans les boutiques puisque tout peut être planifié d’avance. Chez nos entrepreneurs, pas de service de livraison, car il ne faut pas créer d’attentes ou il n’y en avait pas auparavant. 

Les semaines à venir, vont certainement nous fournir, l’occasion de voir nos entrepreneurs à l’œuvre.  Un entrepreneur possède un profil différent, il voit des opportunités où d’autres sont incertains.  Il a l’optimisme et conçoit un avenir plus riche.  

En écrivant ses lignes, je dois admettre que nos clients ne sont pas moins résistants au changement que d’autres.  Ce pourrait-il que le fait d’avoir un comité consultatif, leur permet de percevoir l’avenir avec plus d’assurance et de confiance? 

Encore plus à explorer