La croissance en période de pandémie

Ces constats nous amènent à penser que l’écosystème entrepreneurial canadien est très bon et efficient à soutenir la création d’entreprises mais beaucoup moins pour amener ces entreprises aux stades de croissance pour qu’elles puissent éventuellement jouer un rôle économique moteur pour d’autres entreprises et avoir un impact important sur la scène mondiale; au-delà de certains apports au niveau de l’innovation et la créativité.

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Au cours de la première dizaine des années 2000 et jusqu’à la fin de cette dernière, beaucoup d’emphase, de mobilisation et de programmes ont été dirigés vers la transformation et l’adaptation de nos entreprises manufacturières vers les nouvelles technologies, l’amélioration de la productivité, le développement à l’international et de nouveaux marchés. Manufacturier 4.0, usines 4.0, automatisation, robotisation, innovation, Les Gazelles, Scale-Up en étaient les grands thèmes.

La pression mondiale créée par les politiques économiques américaines des dernières années visant à MAGA (Make America Great Again) a également amené les économies de plusieurs pays à revoir les leurs en matière de partenariat économique plus diversifié et en autonomie de production et des marchés.

Puis tout à coup mars 2020 nous arrive de plein fouet : une pandémie vient mettre un frein à des décennies de croissance effrénée. Le Monde se met sur pause…et encore aujourd’hui, ne peut retrouver complètement son erre d’aller.

Au cours de cette pause non désirée, et des différentes tentatives de réouverture, tous et chacun tente de s’adapter, de se redéfinir, de se réinventer ou tout autre terme à la mode qu’on peut trouver.

Dans cet effort, il serait sûrement intéressant de profiter de cet instant pour regarder également dans le rétroviseur et de porter un certain constat sur le tissu économique de notre société.

Au cours de cette période, la BDC dans un de ses blogues nous offre un portrait qui mériterait d’être considéré quant à la nature de l’écosystème entrepreneurial au Canada; « vc-Canada-how-do-we-stack-up-against-rest-of-world ».

Les données de l’étude utilisées datent d’octobre 2019, avant le COVID-19, et proviennent du Groupe PitchBook qui mesure les activités de capital de risque, de Private Equity et de fusions & acquisitions.

Les principaux constats :

  •         De 2015 à 2019 : les investissements en VC ont augmenté de 26% (CAGR) pour atteindre $4.9BUS.
  •         0,5% des entreprises financées depuis 2000 ont atteint une évaluation supérieure à $250MUS. Aux É.U c’est 6x plus et 3x en Israël. Tous pays confondus, le taux se situe à 2.0%.
  •         Ce taux est inférieur aux autres pays comparés et l’écosystème exige plus d’investissements au Canada qu’ailleurs pour l’atteindre : $1.7BUS vs $1.16 en moyenne et $1 aux É.-U.
  •         Les auteurs indiquent que le Canada ne réussit pas aussi bien à créer des entreprises dont la valeur est supérieure à $250MUS. Il réussit par ailleurs assez bien dans la fourchette de valeur de $50 à 100 MUS.

Une autre étude de la BDC réalisée en 2016 (sur la base de données de 2013) faisait ressortir que seulement .10% de nos PME atteignent le stade de moyennes entreprises. De ce nombre, près de 20% étaient des entreprises manufacturières, mais avaient connu un déclin de 30.3% entre 2001 et 2013.

Ces constats nous amènent à penser que l’écosystème entrepreneurial canadien est très bon et efficient à soutenir la création d’entreprises mais beaucoup moins pour amener ces entreprises aux stades de croissance pour qu’elles puissent éventuellement jouer un rôle économique moteur pour d’autres entreprises et avoir un impact important sur la scène mondiale; au-delà de certains apports au niveau de l’innovation et la créativité.

Il serait intéressant et opportun de profiter de cette période en suspension pour mieux se positionner au cours de la reprise et adopter pour l’écosystème entrepreneurial des stratégies visant à permettre à plus de nos entreprises d’atteindre des tailles de croissance plus grandes- voire de taille mondiale.

Ce défi constitue un enjeu de premier plan et constant pour les entrepreneurs qui ont opté pour un comité consultatif.

Le Comité consultatif est un des outils stratégiques performants disponibles pour assister les dirigeants dans leur quête de croissance. Vous n’êtes pas seul, nous pouvons vous aider à concevoir votre comité consultatif stratégique dès aujourd’hui.

Appelez moi pour en savoir plus.  450-238-1004 poste 4

Encore plus à explorer