La pandémie de COVID-19 nous est tombée dessus comme…

Certaines PME, s’étant dotées d’un comité consultatif auprès du Cercle, ont réagi rapidement et ont fait appel à leur comité, notamment via une visioconférence. Leurs principales préoccupations étaient à l’effet de prendre soin de leur personnel, de préserver les liquidités de l’entreprise, de mettre en place un plan de contingence et de continuité et de jeter les bases d’un plan de relance. En voici certaines grandes lignes.

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Abraracourcix dans Astérix disait régulièrement que la seule chose qu’on a à craindre, c’est que le ciel nous tombe sur la tête. Par Toutatis. Et pourtant…

Depuis la fin de 2019 et particulièrement depuis mars 2020 chez nous, la COVID-19 frappe partout et tous (institutions, individus, etc.). Personne n’en est à l’abri. Les entreprises de toutes tailles sont atteintes et sont appelées à réagir et s’adapter.

De nombreux sondages, rapports et enquêtes rapportent les effets tant actuels que prévus.

Une enquête mondiale de YPO menée du 10 au 13 mars 2020 et à laquelle ont participé plus de 2 750 dirigeants, a révélé que la plupart des chefs d’entreprise ont déjà subi l’impact négatif du virus COVID-19, sous au moins un aspect de leurs activités, et que beaucoup d’autres encore prévoient que les choses vont empirer au cours des six prochains mois avant de s’améliorer. Presque tous les chefs d’entreprise (82 %) s’attendent à une baisse des revenus au cours de cette période. Devant cette situation leurs principaux conseils sont à l’effet de continuer à communiquer régulièrement avec les employés et les autres parties prenantes d’importance, d’anticiper les évolutions en se dotant de plans à court et à long terme et de stabiliser les chaînes d’approvisionnement.

Plus près de nous, un sondage récent de la FCEI faisait ressortir que près de 80 % des PME sont partiellement ou complètement fermées en raison de la COVID-19. Elles génèrent donc peu ou pas de revenus tandis que leurs factures, elles, continuent de s’accumuler. 22 % ne génèrent aucune vente ou n’ont aucun revenu et 33 % ont vu leurs revenus bruts chuter de 51 % à 99 %. Pour 51% d’entre elles, leurs propriétaires ne sont pas certains que leur entreprise survivra si les restrictions actuelles sont maintenues jusqu’à la fin de mai. Malgré les nombreuses initiatives et programmes des gouvernements, nombreuses d’entre elles ont des difficultés à se qualifier.

Certaines PME, s’étant dotées d’un comité consultatif auprès du Cercle, ont réagi rapidement et ont fait appel à leur comité, notamment via une visioconférence. Leurs principales préoccupations étaient à l’effet de prendre soin de leur personnel, de préserver les liquidités de l’entreprise, de mettre en place un plan de contingence et de continuité et de jeter les bases d’un plan de relance.

En voici certaines grandes lignes.

Prenez soin de vos employés. Malgré les circonstances, il est important de garder les employés engagés et motivés tout en poursuivant les activités essentielles et en se préparant pour une reprise. Que l’on soit en télétravail, sur les lieux, en temps partagé, avec des conditions réduites ou autres, il importe de se soucier du bien être de chacun, de la salubrité, de la santé et de la sécurité.

Entrepreneur, prenez soin de vous. Gardez en tête que peu importe ce que vous ferez ou décidiez, vos agissements font partie de votre communication. Souciez-vous de votre bien être et de vos dispositions à faire face aux événements.

Maximisez vos liquidités. Les liquidités sont le nerf de la guerre, il faut plus que jamais les protéger en temps de crise. La priorité est de sécuriser au maximum vos liquidités et pour cela, il faut que vous soyez en mesure de bien comprendre combien d’argent vous aurez besoin pour passer à travers la crise. Il faut bien évaluez la santé financière de son entreprise. Parmi certaines actions suggérées, il y a :

  • Prenez des ententes avec les financiers et bailleurs de fonds;
  • Profitez au maximum de tous les programmes offerts par les différents paliers gouvernementaux et des mesures d’assouplissement offertes par les différents intervenants;
  • Négocier des ententes avec vos fournisseurs, vous seriez surpris de leur réceptivité et de leur compréhension en ces temps plus difficiles;
  • Surveillez étroitement vos comptes à recevoir ainsi que vos inventaires;

 

Communiquez plus régulièrement et mieux. La situation évolue rapidement et tous et chacun ont besoin d’être rassurés. Ils veulent comprendre comment la situation peut les affecter et les motifs qui justifient les mesures que vous adoptez. C’est vrai pour votre personnel et tous les gens qui gravitent autour. Évidemment, vos employés sont les premiers concernés (encore à l’emploi ou mis à pied temporairement) ainsi que toutes les autres parties prenantes de votre entreprise que ce soit vos clients, vos partenaires d’affaires ou vos actionnaires. Ceci permet de s’assurer du message qu’ils reçoivent et de bien faire comprendre que ce n’est pas la situation financière de l’entreprise qui en est la cause mais bien la nécessité due à cette crise. Encore faut-il que ce soit vrai également, les gens ne sont pas dupes.

Soyez attentifs et supportez ceux qui en ont besoin. Le télétravail et les moyens de communication mis en place ne sont pas automatiquement des panacées et des outils de travail efficaces et performants. Faire du télétravail est une chose, le faire efficacement afin de limiter les pertes de productivité en est une autre. Si des employés n’ont pas d’ordinateurs à la maison, il faut les en doter rapidement, tout en s’assurant qu’ils s’intègrent bien aux systèmes de l’entreprise. La clé, dans la mesure du possible, c’est que les employés puissent à terme travailler presque aussi efficacement que s’ils étaient au bureau, malgré par exemple la présence d’enfants à la maison en raison de la fermeture des écoles.

Saisissez toutes les opportunités. Des ventes et des ventes et des ventes… Maintenez le cap (autant que faire ce peut) sur le développement des affaires. Bien qu’il soit difficile de vendre alors que les contacts avec les clients sont complètement transformés, les clients existent toujours. Il faut profiter de cet écueil afin d’explorer de nouvelles façons de rejoindre les clients, tant existants que potentiels, et s’adapter à ces nouvelles façons de consommer de vos clients. Le commerce électronique en est un exemple tout comme développer de nouveaux produits ou marchés en fonction de cette réalité changeante. La baisse de l’activité économique a libéré du temps pour améliorer des produits ou des événements dont le lancement ou la présentation avaient été reportés en raison de la crise. Profitez du fait que vous êtes à la maison pour réfléchir en profondeur à vos projets durant des heures consécutives, et ce, sans vous faire déranger constamment.

Préparez la sortie de crise. Comme toute bonne chose a une fin, même cette crise s’essoufflera et laissera place à une nouvelle réalité. Mieux vaut s’y préparer et être prêt à en saisir toutes les opportunités.

Encore plus à explorer