On le constate être entrepreneur est valorisant, mais c’est aussi un métier à haut risque. Il lui faut jouer de nombreux rôles, tenir compte de nombreuses variables et impondérables  et s’entourer des bonnes personnes pour lui permettre d’amener son projet à sa pleine réalisation.

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Qui de mieux placés pour parler des entrepreneurs que des entrepreneurs. Pour ce  bulletin, nous empruntons des propos  d’entrepreneurs pour les entrepreneurs (et les autres). Nous nous inspirons de Nicolas Duvernois – Président et Fondateur de Pur Vodka, et de François Lambert.

Tout d’abord une mise en contexte de Nicolas Duvernois :

«Cela me surprend chaque fois que je consulte Linkedin ou Facebook. Je ne sais pas si c’est un hasard, ou si je les attire, mais grande majorité des gens qui veulent joindre mes réseaux se disent entrepreneurs. C’est à croire que 95% de la population mondiale sont des… mais où sont les employés ?

Depuis quelques années, l’entrepreneuriat est tendance. On veut tous se lancer en affaires, on a tous des cartes professionnelles, on est tous patrons. Pourtant, toutes les études le démontrent, nous n’avons pas assez d’entrepreneurs. Alors dans la vraie vie, qui donc est réellement un entrepreneur ? »

François Lambert nous décrit une réalité souvent obscurcie, mais combien vraie :

«L’entrepreneuriat, c’est difficile. Point.» On pourrait également ajouter que, bien qu’à la mode actuellement, tous ne peuvent être entrepreneurs et surtout à succès.

« Lambert pousse alors la réflexion en estimant que ce qui distingue le bon du mauvais entrepreneur reste cette faculté du chef d’orchestre. Ce n’est pas lui qui joue la musique et les musiciens pourront survivre en son absence.

Ne pas s’entourer revient à travailler pour soi, à demeurer autoentrepreneur »

On le constate être entrepreneur est valorisant, mais c’est aussi un métier à haut risque. Il lui faut jouer de nombreux rôles, tenir compte de nombreuses variables et impondérables  et s’entourer des bonnes personnes pour lui permettre d’amener son projet à sa pleine réalisation.

Parmi les nombreuses facettes de son défi, l’entrepreneur doit :

·         Concrétiser son idée, son projet;

·         Développer son entreprise dans toutes ses dimensions;

·         Structurer et gérer son entreprise;

·         Assurer la continuité de son entreprise et la sienne à travers tous les stades de son évolution;

·         Atteindre son équilibre, son rayonnement et assurer une conciliation avec celle de son entreprise.

À l’intérieur de ces facettes, une multitude de préoccupations pointent  à différents niveaux et différents moments, parmi lesquelles :

·         Son leadership;

·         Sa vision et plans stratégiques;

·         La gouvernance et les structures;

·         La continuité et la pérennité;

·         La relève et le transfert;

·         L’innovation et l’adaptation au changement;

·         Les opérations et la productivité;

·         Les ressources humaines;

·         Les clients et partenaires;

·         Le marketing, la distribution, la mise en marché et les ventes;

·         Les finances;

·         L’ensemble des parties prenantes (stakeholders);

·         Les facteurs de l’environnement externe;

·         Son équilibre.

Face à l’ampleur de tous ces défis, nul ne pourrait y arriver seul. Il lui faut le concours et le support de nombreuses personnes au profil varié qui visent tous ensemble le même objectif. Et c’est  le plus grand défi de l’entrepreneur. Comme le laissaient poindre nos entrepreneurs du début; c’est un défi au quotidien.

Encore plus à explorer