Apprivoiser un comité consultatif, une étape à la fois

Pour plusieurs le virage numérique a été précipité par la pandémie. Or, les investissements de temps et d’argent peuvent être énormes et les risques, catastrophiques (pensons Phoenix du gouvernement fédéral). À l’échelle de la PME même les plus petites erreurs peuvent être lourdes de conséquences. Pourquoi prendre le risque alors que la solution est si simple? Laissez ceux qui l’ont vécu partager leur expérience avec vous.

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Comme toute chose un comité consultatif, ça s’apprivoise.  Saviez-vous que vous pouvez commencer avec un comité thématique ? Ce comité serait constitué de personnes parmi les meilleures dans leur domaine qui peuvent vous apporter des compétences et visions transversales qui sortent de votre quotidien.  

Plusieurs thèmes me viennent en tête, « maintenir ou développer votre chiffre d’affaires », « reformulation de votre modèle d’affaires » ou « prendre le virage numérique ». 

La crise a mis en relief l’avantage compétitif d’une entreprise qui peut fonctionner tout aussi bien lorsque la majorité de ses effectifs peut fonctionner à distance. Prenons donc l’exemple du virage numérique.

Pour plusieurs le virage numérique a été précipité par la pandémie. Or, les investissements de temps et d’argent peuvent être énormes et les risques, catastrophiques (pensons Phoenix du gouvernement fédéral).  À l’échelle de la PME même les plus petites erreurs peuvent être lourdes de conséquences.  Pourquoi prendre le risque alors que la solution est si simple?  Laissez ceux qui l’ont vécu partager leur expérience avec vous. 

Dans le cas du virage numérique, vous allez vouloir opter pour un comité composé de personnes qui ont vécu cette transition dans des domaines connexes au vôtre. 

Les bonnes personnes auront vécu la préparation, les réticences, les problématiques, les mises niveaux, les systèmes parallèles, le déploiement et les ajustements. Comment est-ce que leur entreprise a vécu ces changements?  Comment ont-ils financé et combien de temps à rentabiliser?  Pas de place pour la théorie, ou du biais d’une personne ayant une affiliation avec un fournisseur en particulier. 

Vous aurez besoin de tous les points de vue. Des Rh, à la finance, en passant par la logistique, la production, les ventes, le service après-vente…tout.  Il ne faut surtout pas exclure les voix qui ne sont pas tout à fait d’accord avec un virage complet, la nature de l’entreprise, sa taille et ses ressources doivent toutes être considérées. Parfois un virage partiel sera une option beaucoup plus judicieuse, faut-il encore recevoir cet éclairage. 

Pour que votre comité soit fort, il faudra éviter personnes qui pourraient tirer bénéfices des suggestions ou recommandations qu’elles pourraient faire valoir et privilégier les gens de terrain qui ont vécu cette évolution dans leur organisation.  

Pour que votre comité soit performant, il devra être composé de façon équilibrée et surtout de personnes qui offrent un nouveau regard sur votre situation.  Des personnes indépendantes, de points de vue divers qui comprennent la réalité d’une PME de votre taille dans votre domaine.  Leurs apports vous permettront de tirer les meilleures conclusions et prendre des décisions éclairées en gérant les risques et surtout en exploitant vos forces au maximum. 

Bâtir un comité de personnes indépendantes avec les bons profils requiert du temps, et une expertise particulière.  Un chef de PME n’a pas le luxe de s’improviser recruteur de haut de niveau.  Et même s’il a ce don, c’est l’encadrement du comité qui lui confère toute sa valeur. 

Cette semaine un de nos clients Nicolas Aubert de PDG de W. J. Jones me disait combien son comité consultatif lui a permis d’évoluer.  « Votre facilitateur me facilite la vie énormément. J’apprécie tout particulièrement, la préparation des réunions, le déroulement de celles-ci, le débriefing à la suite de chaque réunion et les suivis.  Les membres sont si généreux grâce à leurs suggestions nous avons ….  Il faut le vivre pour le comprendre ».

Encore plus à explorer