De Québec Inc. à Québec + International : un écosystème en mouvance

À l’instar de ces précurseurs, de plus en plus d’entrepreneurs ont la volonté et la capacité de devenir des acteurs importants sur les marchés mondiaux. Un écosystème d’entrepreneurs qui ont réussi ou sont en voie de le réaliser servent de modèle et apportent leur soutien à une prochaine génération d’entrepreneurs.

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

L’histoire récente du Québec économique s’est façonnée au gré de divers mouvements qui ont marqué certaines périodes.

Dès les années `60, La Révolution Tranquille a permis à la société québécoise de s’éveiller et de se donner les moyens pour que le Québec puisse prendre les leviers de son développement; tant économique que sociétal.  Dans la foulée  de cette évolution, soutenu par les différents paliers de gouvernement grâce à des investissements dans des travaux d’infrastructures plus modernes et des mesures facilitant le soutien aux entreprises, un nouveau tissu entrepreneurial prend son envol. Le Québec a évolué vers le Québec Inc. de la fin des années `70 aux années ‘80.

Au cours de cette période, plusieurs fleurons de l’économie québécoise voient le jour. Qu’on pense aux CGI, Cognicase, Couche Tard, Bombardier, SNC, Lavalin, Rona, Quincailleries Richelieu, Pharmacies Jean Coutu, Metro et autres. Le tissu entrepreneurial se compose de gens d’affaires à l’affût d’opportunités, de capitaux (de risque et de croissance) et d’un écosystème diversifié pour soutenir l’émergence et la croissance d’entreprises tant privées que publiques. Et voilà que ce développement se poursuit vers un Québec + International

Globalisation et nouvelles technologies numériques sont devenues des incontournables et surtout des forces incroyables pouvant permettre de propulser les entreprises québécoises dans cette nouvelle phase d’évolution.

Le Québec compte déjà sur des entreprises phares ayant réussi à se démarquer. Il recèle encore de nombreuses autres opportunités. L’écosystème entrepreneurial évolue et devient de plus en plus interrelié et interdépendant.

Chris Arsenault, instigateur et PDG de iNovia Capital, lors d’une entrevue avec Alain McKenna de Les Affaires a brossé un tableau intéressant afin d’alimenter notre réflexion.

« L’impact d’un Couche-Tard dans le monde est grand, mais son impact est à une fraction de ce qu’il pourrait être au Québec ».

« Nos entreprises traditionnelles sont en train de se diriger vers la nouvelle économie. Certains contacts ont eu lieu avec des start-ups, mais ça ne se compare en rien avec ce qui se fait ailleurs. CGI, Couche-Tard, Bombardier, ont toutes le potentiel d’aider à bâtir l’écosystème, et d’en profiter pour aider leurs propres affaires et pour croître à l’avenir. »

À l’instar de ces précurseurs, de plus en plus d’entrepreneurs ont la volonté et la capacité de devenir des acteurs importants sur les marchés mondiaux. Un écosystème d’entrepreneurs qui ont réussi ou sont en voie de le réaliser servent de modèle et apportent leur soutien à une prochaine génération d’entrepreneurs.

En une période où l’activité économique se mesure souvent en création d’emplois et où les défis pour la croissance des entreprises sont régulièrement associés à l’accès aux ressources humaines, il importe de mettre en valeur les autres éléments stratégiques qui vont alimenter cet allant.

« Au Canada, on est bons dans la création d’emplois. Microsoft, Google, Facebook comptent tous des milliers d’employés ici, mais ce sont des filiales. Créer les futurs acquéreurs canadiens à l’étranger est aussi primordial ».

Il faut faire valoir davantage certains autres avantages telle la création de valeur, de sièges sociaux, de propriété intellectuelle et autres actifs moins tangibles!

« On n’en est qu’au début et on a encore du temps pour bâtir l’économie de demain, de passer du Québec inc. au Québec International», conclut M. Arsenault. Après les dépanneurs Amazon Go, on aimerait bien visiter un Couche-Tard Go..!

Le développement d’un tel écosystème repose sur la contribution de tous les intervenants du système. Au Québec, on est en train de tisser ces liens serrés où entrepreneurs à succès ayant passé le bâton investissent temps et argent dans cet écosystème, où investisseurs de tout ordre continuent de le soutenir et où entrepreneurs émergents se lèvent pour affronter ce défi des plus intéressant.

C’est dans cette voie et en soutien à tous ces apports que le comité consultatif stratégique performant trouve sa raison d’être. Il sert de pilier pour l’entrepreneur à maintenir le cap sur la croissance de son entreprise.

Encore plus à explorer