Catégories

La pandémie de COVID-19 nous est tombée dessus comme…

Certaines PME, s’étant dotées d’un comité consultatif auprès du Cercle, ont réagi rapidement et ont fait appel à leur comité, notamment via une visioconférence. Leurs principales préoccupations étaient à l’effet de prendre soin de leur personnel, de préserver les liquidités de l’entreprise, de mettre en place un plan de contingence et de continuité et de jeter les bases d’un plan de relance.
En voici certaines grandes lignes.

Détermination, optimisme, opportunisme

Parmi nos clients, chefs d’entreprise, je perçois déjà une tendance.  Tous m’assurent qu’ils vont en sortir plus ouverts à des solutions qui les sortent de leurs zones de confort, leurs systèmes de sécurité et de contrôle plus robustes et leurs entreprises plus fortes

Le Comité consultatif en soutien à la croissance

Pris dans son contexte, M. Gagné faisait état à des aspects de gouvernance auxquels les administrateurs de sociétés sont liés. S’appuyant sur des exemples récents de mésaventures de certains de nos fleurons québécois, il fait ressortir les principaux modes de fonctionnement, certains apports et responsabilités des membres du CA, ainsi que des traits de la dynamique d’un Conseil.

Question de croissance

De nombreuses études ont démontré que le tissu entrepreneurial canadien reposait surtout sur de petites entreprises et que les entreprises de moyennes et grandes tailles sont peu présentes. Il faut en favoriser l’émergence. En 2016, la BDC constatait que seule une infime partie des petites entreprises – 0,10 % – a dépassé le seuil de 100 employés. Cela représente une diminution de plus de 40 % par rapport au 0,18 % de petites entreprises qui y sont parvenues en 2001. Pour leur part, les moyennes entreprises (comptant de 100 à 499 employés) éprouvent les mêmes difficultés. Elles constituaient 0,93 % du nombre total d’entreprises canadiennes en 2013, contre 1,04 % en 2001.

Conformiste ou spontané ou un amalgame des deux

Le fondateur d’une entreprise est dans un monde différent. Il peut aller jusqu’à créer son propre environnement, repoussant toutes les balises pour créer un tout nouvel univers. Il suffit de penser à Guy Laliberté qui a réinventé le Cirque!
Selon la personnalité de l’entrepreneur, avec le temps, plusieurs réalités peuvent se façonner, particulièrement dû à l’écoute sélective souvent un élément crucial a son succès.

Le Comité consultatif : un allié stratégique pour la croissance des entreprises

En soi, la mise en place d’un Comité n’en fait pas immanquablement un tel allié. Il faut une réflexion éclairée et réaliste, un processus rigoureux et éprouvé, ainsi qu’une démarche solidement encadrée, formelle et à la fois souple pour s’adapter au contexte particulier de chaque Chef d’entreprise et de chaque entreprise.

Garder le cap a des consequences

Le bâtisseur d’une entreprise a du développer des instincts de survie particuliers pour passer à travers les épreuves qui l’on menés à son niveau de succès. Plus il aura persévéré dans le temps, et plus il a réussi à atteindre ses objectifs, plus les qualités qui lui ont permis d’avoir du succès peuvent nuire au chef d’entreprise. Il a dû garder le cap et comme première ligne de défense, l’entrepreneur aura naturellement cultivé la réticence à accepter des distractions qui ne cadrent pas avec sa vision.

7 Bénéfices du comité consultatif

Les chefs d’entreprise à succès que nous côtoyons ont plusieurs similarités. Ce sont des personnes qui ont compris qu’elles, ne peuvent ni savoir ce qu’elles ne savent pas et ni exceller dans tous les domaines. Elles ont de l’ouverture et de l’écoute et ne craignent pas de briser leur schèmes pour avancer. Nous célébrons leur courage.

L’innovation : vecteur indispensable de la croissance.

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité. » (Antoine de Saint-Exupéry). Pour réaliser un rêve, il faut souvent faire appel à la créativité; de nouvelles façons de voir et de se projeter dans la réalité. En entreprise, l’innovation renvoie à une façon imaginative de faire face au changement. Et pourtant…

La pandémie de COVID-19 nous est tombée dessus comme…

Certaines PME, s’étant dotées d’un comité consultatif auprès du Cercle, ont réagi rapidement et ont fait appel à leur comité, notamment via une visioconférence. Leurs principales préoccupations étaient à l’effet de prendre soin de leur personnel, de préserver les liquidités de l’entreprise, de mettre en place un plan de contingence et de continuité et de jeter les bases d’un plan de relance.
En voici certaines grandes lignes.

Détermination, optimisme, opportunisme

Parmi nos clients, chefs d’entreprise, je perçois déjà une tendance.  Tous m’assurent qu’ils vont en sortir plus ouverts à des solutions qui les sortent de leurs zones de confort, leurs systèmes de sécurité et de contrôle plus robustes et leurs entreprises plus fortes

Le Comité consultatif en soutien à la croissance

Pris dans son contexte, M. Gagné faisait état à des aspects de gouvernance auxquels les administrateurs de sociétés sont liés. S’appuyant sur des exemples récents de mésaventures de certains de nos fleurons québécois, il fait ressortir les principaux modes de fonctionnement, certains apports et responsabilités des membres du CA, ainsi que des traits de la dynamique d’un Conseil.

Question de croissance

De nombreuses études ont démontré que le tissu entrepreneurial canadien reposait surtout sur de petites entreprises et que les entreprises de moyennes et grandes tailles sont peu présentes. Il faut en favoriser l’émergence. En 2016, la BDC constatait que seule une infime partie des petites entreprises – 0,10 % – a dépassé le seuil de 100 employés. Cela représente une diminution de plus de 40 % par rapport au 0,18 % de petites entreprises qui y sont parvenues en 2001. Pour leur part, les moyennes entreprises (comptant de 100 à 499 employés) éprouvent les mêmes difficultés. Elles constituaient 0,93 % du nombre total d’entreprises canadiennes en 2013, contre 1,04 % en 2001.

Conformiste ou spontané ou un amalgame des deux

Le fondateur d’une entreprise est dans un monde différent. Il peut aller jusqu’à créer son propre environnement, repoussant toutes les balises pour créer un tout nouvel univers. Il suffit de penser à Guy Laliberté qui a réinventé le Cirque!
Selon la personnalité de l’entrepreneur, avec le temps, plusieurs réalités peuvent se façonner, particulièrement dû à l’écoute sélective souvent un élément crucial a son succès.

Le Comité consultatif : un allié stratégique pour la croissance des entreprises

En soi, la mise en place d’un Comité n’en fait pas immanquablement un tel allié. Il faut une réflexion éclairée et réaliste, un processus rigoureux et éprouvé, ainsi qu’une démarche solidement encadrée, formelle et à la fois souple pour s’adapter au contexte particulier de chaque Chef d’entreprise et de chaque entreprise.

Garder le cap a des consequences

Le bâtisseur d’une entreprise a du développer des instincts de survie particuliers pour passer à travers les épreuves qui l’on menés à son niveau de succès. Plus il aura persévéré dans le temps, et plus il a réussi à atteindre ses objectifs, plus les qualités qui lui ont permis d’avoir du succès peuvent nuire au chef d’entreprise. Il a dû garder le cap et comme première ligne de défense, l’entrepreneur aura naturellement cultivé la réticence à accepter des distractions qui ne cadrent pas avec sa vision.

7 Bénéfices du comité consultatif

Les chefs d’entreprise à succès que nous côtoyons ont plusieurs similarités. Ce sont des personnes qui ont compris qu’elles, ne peuvent ni savoir ce qu’elles ne savent pas et ni exceller dans tous les domaines. Elles ont de l’ouverture et de l’écoute et ne craignent pas de briser leur schèmes pour avancer. Nous célébrons leur courage.

L’innovation : vecteur indispensable de la croissance.

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité. » (Antoine de Saint-Exupéry). Pour réaliser un rêve, il faut souvent faire appel à la créativité; de nouvelles façons de voir et de se projeter dans la réalité. En entreprise, l’innovation renvoie à une façon imaginative de faire face au changement. Et pourtant…